Coupes budgétaires : la sécurité des Français scandaleusement sacrifiée

Communiqué de presse officiel du Front National

Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a livré ce matin le détail des coupes sèches prévues dans le budget de l’Etat, appliquant docilement l’austérité exigée par la Commission européenne.

Ainsi, sur les 4,5 milliards d’euros de coupes budgétaires annoncées, plus du tiers (soit 1,5 milliard d’euros) proviendront des trois ministères chargés d’assurer la sécurité des Français (Armées, Intérieur et Justice).

Cet arbitrage scandaleux met en lumière tout le cynisme du président Macron qui s’était engagé à faire de la sécurité une « priorité » de son action, assurant que les budgets afférents seraient « sanctuarisés ».

On voit à présent qu’il n’en sera rien. En plein État d’urgence, le gouvernement trahit une nouvelle promesse de campagne, rognant massivement les moyens affectés à notre sécurité collective.

Dans le cas du ministère des Armées, les choses sont encore plus révoltantes. Le président Macron avait en effet promis pendant la campagne de porter le budget des Armées à 2% du PIB d’ici 2025. Alors que cet objectif déjà très lointain aurait nécessité un effort progressif et constant, le premier geste du gouvernement consiste à amputer de 850 millions d’euros le budget des Armées, ce qui revient à reculer la ligne de départ avant même le début de la course. Nous sommes désormais certains que cette promesse de campagne ne sera pas respectée, elle non plus.

Dans ce contexte, nous l’affirmons sans détour : les terroristes n’ont rien à craindre d’un pouvoir politique qui méprise à ce point sa parole et la sécurité des Français.

Le Front National exige qu’un nouvel arbitrage soit rendu, préservant l’intégralité du budget de ces trois ministères absolument prioritaires.