Écriture inclusive : féminiser les mots ne sert pas le droit des femmes !

Communiqué de presse de Julien Leonardelli,
Conseiller régional d’Occitanie,
Secrétaire départemental du Front National de Haute-Garonne,

Récemment, 314 enseignants dont 14 issus de Haute-Garonne, ont déclaré dans une tribune commune qu’ils n’enseigneront désormais plus la règle selon laquelle, en français, le masculin l’emporte sur le féminin. Une annonce d’autant plus consternante qu’elle intervient quelques jours après que l’Académie française ait affirmé que « devant cette aberration “inclusive”, la langue française se trouve désormais en péril mortel ».

Le Front National dénonce ce combat d’arrière-garde, mené par des féministes autoproclamées dont les agitations ne sont qu’une diversion destinée à orienter le débat sur tout ce qui est accessoire dans la défense des droits des femmes. Ce n’est évidemment pas un hasard si certaines signataires de cette tribune ubuesque, sont les mêmes qui rendent la largeur des trottoirs responsable du harcèlement quotidien dont sont victimes les femmes dans certains quartiers.

Le recul des droits des femmes dans notre pays est incontestablement dû à une immigration massive et incontrôlée, qui renforce le communautarisme grâce auquel l’islamisme prospère et s’enracine dans nos territoires. De fait, l’urgence n’est pas dans la féminisation absurde des mots, mais bien dans les Cologne et les Molenbeek français.

Contrairement à l’ensemble de la classe politique qui fournit aide et assistance à ces pseudos féministes, le Front National n’est pas et n’a jamais été dans une posture d’aveuglement idéologique. Il faut accepter de regarder la réalité en face pour prétendre y répondre et ne pas laisser l’obscurantisme l’emporter sur nos valeurs et notre mode de vie, lequel assure la liberté et l’égalité entre les sexes.

Pour permettre aux femmes françaises de vivre libre et sereine partout, il convient de mettre un coup d’arrêt à la folle politique d’immigration dans notre pays. Il faut aussi étendre la laïcité à l’ensemble de l’espace public, recruter des forces de l’ordre supplémentaires afin de renforcer les contrôles et protéger celles qui subissent des violences dans la rue. Enfin, il faut mettre un terme à toutes les revendications politico-religieuses qui visent à faire de la femme un objet et lutter efficacement contre le fondamentalisme islamiste.